mardi, juin 18, 2024
spot_img

100% des voitures électriques en 2035, c’est Niet!

Sans trop de surprise finalement, l’Allemagne vient d’opposer un ferme Niet à la volonté de produire et commercialiser en Europe 100% des voitures en mode électrique. L’occasion de revenir quelque peu sur ce positionnement idéologique. La France arcboutée sur ce principe pour des raisons qui échappent à tous les observateurs attentifs et curieux se trouvent bien embarrassée sans jamais reconnaitre cet échec.

Loin de moi l’idée de vouloir botter en touche le développement de modes de fonctionnement alternatifs y compris l’électrique. Les séries émergentes au niveau sportif international utilisant l’électrique prouvent la validité de ce mode de propulsion dans la gamme sportive. Formula E, Extrem E et ETCR en sont l’aboutissement.

Néanmoins quelques réflexions se posent quant à la chronologie. Vous l’avez peut-être oublié mais de 2009 à 2015, un scandale mondial touchant avant tout les constructeurs européens éclatait en 2015: Volkswagen (Allemagne) en tête de liste sans que les français (notamment Renault) ne soient épargnés. Le Diesel gate a été un sérieux revers pour l’industrie européenne. Dès lors, tous les constructeurs se sont attachés à « laver plus vert que vert ». Il fallait communiquer à tous crins pour verdir l’image polluante et de tricheur de ces constructeurs. Les allemands initiaient avec ‘énormes efforts faits en communiquant alors sur une énergie dite verte: d’abord l’hybride puis le 100% électrique.

renault Zoé 100% électrique produite en France

L’Europe embrayait à travers moult commissions et communications our fixer un objectif de 100% électrique. Les français toujours aussi crédules embrayaient en communiquant abondamment sur ce point avec cette volonté habituelle d’être plus royaliste que le roi. Néanmoins, le seul à émettre des doutes clairs et parfaitement étayés était le nouveau patron du groupe Peugeot, il faut le reconnaitre. Carlos Tavares a toujours exprimé un point de vue discordant: « La décision dogmatique de ne vendre que des électriques en 2035 a des conséquences sociales pas gérables. Cette couche de dogme doit maintenant être complétée par une couche de pragmatisme. » déclarait-il en marge du dernier Mondial de l’Automobile.

MG4 electric Made in China

Transformer l’outil de production d’un constructeur automobile en 10 ans, établir de nouvelles filières d’approvisionnement, notamment de lithium provenant d’Australie (55%), Chili (26%), Chine (14%) et Argentine (6%), généraliser les savoir faire relève davantage du voeu pieux que de la réalité. Par ailleurs, l’Europe est encore aujourd’hui en bonne position en terme de production de voitures (moins de 15% du marché européen) mais se heurte à la définition de ces produits. L’Europe vise les produits haut de gamme alors que la Chine à qui nos constructeurs ont transféré la technologie s’oriente vers des voitures plus abordables. Dans notre balance export/import avec la Chine, nous sommes encore excédentaires bien que de peu mais la tendance devrait s’inverser en 2025 au plus tard avec l’arrivée sur le vieux continent de nouvelles marques comme Aiways, ou MG aux côtés de BYD, Ora, Hio Zeekr et Xpeng déjà présentes.

Mini countryman électrique produit à Leipzig

Non seulement les européens ont transféré la production de certains modèles en Chine comme la mini 100% électrique produite à Shanghai dans l’usine de Zhangjiagang grâce à un joint aventure entre Great Wall Motors et BMW tout comme Polestar ou Smart mais les transferts de technologie ont déjà été faits et la Chine est réputée pour sa sphère scientifique d’ingénieurs améliorant sans cesse la technologie européenne. Aujourd’hui le constructeur teuton communique à tout va sur sa nouvelle usine de Leipzig produisant le Mini Countryman 100% électrique mais les chiffres de production en volume sont conséquents et majoritaires en Chien. Le Japon fonctionnait ainsi dans les années 90 permettant à Toyota par exemple de se hisser en patron de la construction automobile.

Les modèles XPeng7 futures stars ?

Par ailleurs, notre ethnocentrisme européen aveugle certains. Parmi les modèles 100% électriques les plus vendus sur la planète, pas un seul modèle européen dans le top5. Enfin, la production et commercialisation de voitures au niveau mondial est loin, très loin d’être la panacée. L’Europe elle même est loin, très loin d’être équipée en bornes de recharge, alors imaginez un peu sur le reste de la planète?! Par ailleurs, vous n’êtes pas sans avoir remarqué les tensions induites en terme de production électrique en Europe. Comment alimenter un parc européen entier 100% électrique? Là on n’est plus dans le dogmatisme mais dans le fantasme pur et simple!

Pour simplifier: les constructeurs européens soutenus par l’Union Européenne ont enfumé (un comble en écologie) tout le monde avec cette communication d’objectif 100% électrique à l’horizon 2035. Puis une fois l’image verte acceptée, les allemands font gentiment marche arrière se rendant compte d’une part de l’impossibilité de viabiliser cette idée et par ailleurs confrontés à la réalité: la Chine nous dépasse, nous surclasse, nous aspire tant en terme de nouvelles technologies que de volume de production et le tout à moindre coût…

Dans les années 80 et 90 l’Europe traitait le Japon de façon condescendante en associant les produits japonais à du low cost peu durable et regardez la qualité de leurs productions depuis, ne faisons pas la même erreur avec la Chine…

cedric garcia
cedric garciahttps://www.motorsmag.fr
Grand sorcier du monde automobile, plume aiguisée, journaliste aguerri et reconnu, présentateur hors-pair.

Articles similaires

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Derniers articles

fr_FRFrançais