samedi, avril 20, 2024
spot_img

Guillaume Sery prêt à franchir un cap…

Guillaume Sery a fait l’acquisition en début de saison d’une Mitsubishi Lancer R4 en provenance de David Ollivier. Passant de son ancienne monture Renault Mégane N4 quasi stock, la période d’adaptation à cet afflux de puissance et l’usage d’un train arrière poussant la bestiole a demandé un peu de temps.

« J’avais pris la Mégane dans un premier temps pour des raisons budgétaires, » expliquait le pilote. « Dès que l’occasion s’est présentée j’ai pu passer le cap et passer en 4 roues motrices en début d’année. Une quatre roues convient plus à ma façon de piloter. » C’est donc avec la mimite ex David Ollivier que Guillaume prenait ses nouvelles marques. Au volant d’une voiture réputée brutale en regard de ses expériences passées cette version n’est pas une full spec puisque disposant toujours d’une boite crabotée contrairement à ses concurrents équipés d’une boite commande séquentielle. « Pour apprendre cette voiture, on a choisit de rouler avec le petit bang, le temps de prendre des repères. Aujourd’hui on se sent plutôt à l’aise et pour le Tour Auto, on va passer à la gestion plus évoluée avec le gros bang. Pour le moment elle développe 310cv pour un couple de 620Nm. » détaillait Guillaume.

Dans le top10 avant quelques soucis mécaniques lors du rallye de Saint Leu, Guillaume et son équipe font le nécessaire pour le gros rendez-vous du Tour. « On savait que les cardans étaient à la limite pour le Saint Leu. Initialement on ne devait pas le rouler et puis finalement on s’est engagé en le prenant comme une séance d’essais-roulage. On doit recevoir les nouvelles transmission dans les jours qui viennent et on aura donc toute la transmission neuve pour le Tour. » se réjouissait le pilote.

Toujours navigué par le cousin Vincent Nativel, Guillaume a trouvé là sa perle rare: « Ca se passe vraiment au top avec Vincent. On est comme des frères et il n’hésite jamais à me rappeler à l’ordre en cas de besoin. Je changerais peut-être de voiture, mais jamais de copilote! On doit encore travailler certains points comme les zones de freinage qui sont très différentes de la Mégane. »

Justement en ce qui concerne le châssis de la japonaise, Guillaume se déclare plutôt à l’aise. « Pour le Tour, on va évidemment durcir un peu puisque ce sera rapide mais je e sens vraiment bien à bord. On a les plaisirs de la dérive et pour ce Tour on va remettre les réglages de David (Ollivier, l’ancien propriétaire NDLR). On travaille encore sur les pressions car on a encore à gratter mais globalement ce début de saison nous a permis de nous améliorer et être de plus en plus à l’aise au fil des kilomètres. »

En ce qui concerne les objectifs, c’est dans un éclat de rire que le pilote nous répondait: » Il y a de sacrés concurrents en R4! Si on arrive à jouer avec eux à certains moments on sera ravis tant Patrick et Johny sont des vite. La priorité reste quand même de ne pas prendre de risques dingues car je dois ramener la voiture à l’arrivée pour les partenaires et mon équipe de choc. On verra…« 

Le line up R4 en vue de ce 54e Tour Auto s’annonce attractif sur le papier avec le retour de Johny Picard/ Jeff Law Man Too et la Subaru ainsi que l’arrivée en quatre roues motrices du rapide tandem Patrick Bellus/ Laurent Robert avec la Mimite ex Laup aux côtés de (ou face à) Guillaume Sery/ Vincent Nativel…

cedric garcia
cedric garciahttps://www.motorsmag.fr
Grand sorcier du monde automobile, plume aiguisée, journaliste aguerri et reconnu, présentateur hors-pair.

Articles similaires

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Derniers articles

fr_FRFrançais