samedi, avril 20, 2024
spot_img

Le point au volant 208 avant le Tour Auto…

Ils ne sont que quatre équipages cette saison à disputer le volant 208 à la Réunion. Pour cette formule monotype à bord de Peugeot 208 Gt Line construites à la Réunion la notion de coefficient appliqué à une épreuve n’est pas de mise. Ainsi, le Peugeot Sport Réunion récompense à hauteur identique un Tour Auto ou un rallye régional. Une victoire reste une victoire…

La particularité de cette formule cette année est l’attribution de points bonus en cas de victoire dans la classe de cylindrée comme l’a signé Joël Boyer en ouverture de saison en engrangeant 3 points bonus supplémentaires au Rallye du Sud Sauvage. Ces 3 points lui permettent de conserver l’avantage face à Ulrich Miranville.

Le principe d’une coupe, au-delà de la victoire finale et un volant officiel en fin de saison est également le gain de primes plutôt conséquentes au fil de la saison. Dans le volant 208 Réunion, le vainqueur de chaque manche se voit attribuer un total de 1200 euros (600 euros en numéraire et 600euros en bons d’achat) alors que les suivantes bénéficient également de primes.

Avant le Tour Auto, Joël Boyer reste donc en tête de la série malgré sa déception lors du Rallye régional qui le voyait terminer P2 à moins d’une seconde au cumulé des vainqueurs Miranville. « Je me sens de plus en plus à l’aise. Il y a certes toujours beaucoup à apprendre. Notre choix de préparation de début de saison a porté ses fruits. On a été dans le coup tout de suite. » Il s’agira du troisième Tour Auto pour Joël et il abord donc cette épreuve avec une envie sans faille. « On met toutes les chances de notre côté pour cette course qui est avant tout une course d’endurance. Avec ce parcours rapide, il faut vraiment rester concentré du début à la fin. » analysait le pilote leader du volant. « D’un point de vue mécanique, on démonte la boite pour vérifier l’auto-bloquant et on change le disque d’embrayage. »détaillait-il.

« Pour ce Tour, un des mécaniciens de chez Rossel Compétition fait le déplacement. Thibaud, que je connais bien maintenant, va former mon équipe local et lui donner des automatismes. On doit également prendre une décision concernant les cardans. J’en ai deux en stock et soit on les installe dès le départ ou on les garde en réserve. On verra bien une fois qu’il sera arrivé. »

cedric garcia
cedric garciahttps://www.motorsmag.fr
Grand sorcier du monde automobile, plume aiguisée, journaliste aguerri et reconnu, présentateur hors-pair.

Articles similaires

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Derniers articles

fr_FRFrançais