vendredi, avril 19, 2024
spot_img

L’électrique sur tous les fronts…

L’électrification des sports mécaniques est en marche. Certes, les détracteurs résistent face à cette marche forcée mais pour l’heure c’est essentiellement le sport professionnel de très haut niveau qui est impacté. La FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) et la FIM (son pendant à deux roues) font feu de tous bois permettant ainsi aux constructeurs de peaufiner leurs technologies et aux institutions de préserver leur image (et incidemment leurs compétitions) face aux poussées des lobbies et autres arcboutés contre la moindre notion de plaisir-passion.

Les quatre roues étendent la toile électrique…

L’un des plus ardents précurseurs en la matière est indéniablement Alejandro Agag, ancien député espagnol qui initiait une série révolutionnaire à l’époque: la Formule E: série de monoplaces électriques. Les débuts ont été difficiles avec un changement de monture obligatoire et nécessaire à mi-course. Désormais grâce aux progrès technologiques des constructeurs impliqués, la troisième génération de monoplaces 100% électriques (Gen3) affiche des niveaux de performances en nette hausse. Dans le même temps, les promoteurs de la série travaillent en amont avec les fournisseurs et proposeront dès cette neuvième saison des chargeurs très haute capacité qui permettent de recharger les batteries d’un véhicule civil urbain en une poignée de secondes.

Le même promoteur inaugurait l’an passé sa première saison de Extrem E dévoyée au tout terrain. Une série toujours 100% électrique multitude de projets transversaux permettant de limiter l’empreinte d’une série mondiale. Alejandro Agag prépare l’avenir avec le projet de 4X4 mûs à l’hydrogène déjà dans les mains des ingénieurs pour les prochaines générations de pick up.

Après l’hybridation, une autre série estampillée FIA se projette vers des bolides propulsés ar des énergies non thermiques. Ainsi l’ACO qui couve le championnat du monde d’Endurance: le WEC travaille d’arrache pied et a présenté l’an passé le Projet O2 qui développe des voitures de compétition fonctionnant à l’hydrogène.

Certes les adorateurs des vocalises liées à la motorisation thermique (dont votre serviteur) se lamentent de la disparition du moindre chant habituel.

Le Rallye vient de passer à l’hybridation cette année (Rally1) et la discipline est de celles qui résiste le plus ardemment au tout électrique. Exception toutefois en ce qui concerne le Championnat du Monde de Rally Cross qui a plongé en 100% électrique depuis cette saison avec des audiences et une fréquentation des circuits jamais vus auparavant…

Les deux roues pas en reste…

Nombreux sont ceux qui avaient souri lors de l’introduction des moto électrique en série de doublure du prestigieux MotoGP. Néanmoins, force es tue constater l’évolution rapide et importante de ces véhicules de course avec des pilotes pilotant au cordeau sur des machines étonnamment fiables. Modification réglementaire cette année avec l’introduction de châssis uniques provenant de chez Ducati et un line up de pilotes habitués à écumer toutes les séries internationales en Endurance notamment mais également en Superbike.

Tito Rabat (champion du Monde Moto2 il y a huit saisons) sera de la partie MotoE alors qu’Alessandro Zaccone qui évoluait l’an passé en Moto2 revient en électrique cette saison. Ils seront pas moins de 18 pilotes à s’aligner au cours d’un calendrier remanié et garni de davantage de rendez-vous qui se transforme de Coupe en Championnat. Notez que nombre d’écuries de pointe en MotoGP sont présents en MotoE à l’instar de Tech3 E racing.

cedric garcia
cedric garciahttps://www.motorsmag.fr
Grand sorcier du monde automobile, plume aiguisée, journaliste aguerri et reconnu, présentateur hors-pair.

Articles similaires

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Derniers articles

fr_FRFrançais