mardi, juin 18, 2024
spot_img

Les voitures de rallye ne sont pas des voitures…

En tous cas en ce qui concerne les bolides du sommet de la pyramide. Depuis l’introduction de la réglementation Rally1 en 2022 en remplacement des « classiques » WRC, la discipline a pris un virage radical.

Outre la recherche permanente de performance et l’introduction de la technologie hybride, les Rally1 ont avant tout bénéficié d’un update en terme de sécurité. En permanence sur le fil du rasoir, l’accroissement de la puissance à l’instant T du fait de l’hybridation et d’un package aéro modernisé, es pilotes de rallye devaient pouvoir bénéficier d’une sécurité accrue.

Ainsi les anciennes voitures sont devenues de véritables proto que l’on pourrait qualifier de « silhouettes ». Une fois déshabillées de leur « carrosserie », toutes sont les mêmes et bénéficient de cages de sécurité (arceaux) identiques et aux normes de résistance drastiques. Il n’y a qu’à voir les pelles que se mangent régulièrement les équipages sans drame absolu pour s’en convaincre. Certes il reste encore des éléments fragiles en des points extrêmement précis et identifiés au fil des accidents (accident Craig Breen), mais globalement la sécurité des équipages a fait un bond en avant incroyable.

Les normes de résistance aux impacts sont proprement sans commune mesure avec les anciennes WRC. Les « carrosseries » sont désormais difficilement qualifiables comme telles. Principalement en matériaux composites, les éléments « body » ne sont pas soudés sur l’arceau. Les dimensions es Rally1 n’ont rien à voir avec les dimensions des voitures desquelles elles sont dérivées d’un point de vue marketing. Les châssis ont également disparus et sont désormais de conception tubulaire en ne reprenant aucun élément de série. Posez une Yaris de série à côté d’une Yaris Rally1 et les différences (hormis les élargissements aisément explicables) vous sauteront immédiatement au visage.

Dans le même ordre d’idée, la technologie hybride tant décriée du fait de son manque de fiabilité est mise à disposition par un fournisseur unique (appel d’offre FIA de 2020 attribué à Compact Dynamics basé à Starnberg (Allemagne), filiale du groupe Shaeffler).

Finalement, désormais les moteurs, éléments de transmission, et définition aéro sont les seuls éléments spécifiques à chaque constructeur engagé en WRC. Certes, celà fait déjà un paquet de domaines d’exploration pour les ingénieurs. Finalement, lors de la phase de conception, les ingés se penchent d’abord sur l’implantation du tunnel d’échappement (droite ou gauche) qui ne peut évidemment pas se situer au niveau de la transmission. Ces dernières années, l’aéro a fait un bond de géant en rallye. Désormais les moindres détails sont testés. Double intérêt: efficience du comportement des bolides et refroidissement. La technologie aéro dédiée au rallye bénéficie des mêmes études que pour la F1 et le MotoGP. Les effets de sol et leurs corollaires en terme de comportement en courbes sont scrutés à la loupe.

Le boulot des concepteurs des Rally1 consiste en de nombreux points dont le crucial facteur refroidissement compte tenu de l’introduction de l’hybridation. Lors d’épreuves estivales, les températures dépassent allègrement les 55°C dans les habitacles.

Finalement, les voitures de rallye les plus performantes se rapprochant le plus des voitures de série sont les Rally2 construites « à partir » de voitures commercialisées. Néanmoins, il ne s’agit aucunement d’une spécificité du rallye. Les MotoGP de la catégorie reine n’ont strictement plus rien à voir avec des motos « stock ». Dimensions, technologies, matériaux, seuls le blason de chaque marque la rapproche d’une moto du commerce. En monoplace, la conception aéro même des Formule 1 rend évidemment impossible toute transposition entre la voiture de compétition et les véhicules commercialisés. Finalement seule la couleur identifie la marque et permet aux clients de rêver en s’achetant une parcelle de l’écurie.

Ne vous y trompez pas. Cette « technologisation » de la compétition est une nécessité impérieuse. La compétition est un laboratoire grandeur nature de certaines nouvelles technologies ensuite versées dans la sphère civile. Le turbo, les matériaux (carbone, magnésium, niobium etc…) les consommables (pneumatiques et carburant) et les avancées technologiques sont donc validés et affinés en compétition pour être ensuite utilisés par l’industrie automobile civile.

cedric garcia
cedric garciahttps://www.motorsmag.fr
Grand sorcier du monde automobile, plume aiguisée, journaliste aguerri et reconnu, présentateur hors-pair.

Articles similaires

- Publicité -spot_img
- Publicité -spot_img

Derniers articles

fr_FRFrançais